Etant donné que chaque personne est unique, nos passions ne sont pas les mêmes. Certains aiment faire des randonnées, d’autres des marathons de séries les weekends à la maison. Pour vous et moi, c’est le sim-racing. Cette discipline est plus ou moins jeune, si on considère que celles que je viens de présenter datent un peu. Mais bon, une vingtaine d’années c’est pas si mal, vous ne trouvez pas ?

Alors, le sim-racing est une discipline qui a vu le jour vers la fin des années 90 avec des acteurs comme Thrustmaster, Fanatec, Playseat et Logitech. En réalité, l’entreprise Logitech était présente bien avant les autres, mais a commencé à se consacrer au sim-racing durant la même période. Bien évidemment, chaque coureur possède son propre setup pour faire du sim-racing. Nous avons les setups standards avec volant, base et pédalier qui représentent une bonne partie du pool de configs à travers le monde. Sur ce segment, il faut dire que Logitech et Thrustmaster dominent le game depuis très longtemps et en font même leur fusil d’épaule avec des produits plutôt milieu de gamme. Le haut de gamme, quant à lui, est représenté principalement par les marques Fanatec, pour le grand public, et Simucube pour tout ce qui est professionnel.

Evidemment, comme vous devez certainement vous en douter, les configs standards montrent rapidement leur limite en termes d’immersion, et nous avons des coureurs qui veulent pousser encore plus loin le réalisme. Cela se fait grâce à l’ajout de périphériques aux configs, comme un écran incurvé, un levier de vitesses, un frein à main et surtout un cockpit.

Dans ce qui suit, je vais vous présenter les meilleurs cockpits disponibles sur le marché pour faire du sim-racing. Cette liste comprendra 4 châssis, avec des fourchettes de prix différentes pour chaque produit, et cela afin de satisfaire le maximum de coureurs.

Le Playseat Challenge

Test et Avis du cockpit Playseat Challenge

Avantages :

  • Rangement très facile
  • Prix très attractif pour les débutants
  • Compatibles avec pratiquement tous les volants et pédaliers

Inconvénients :

  • Châssis pas très stable
  • Cockpit non recommandé pour les bases en Direct Drive

Alors, commençons par un châssis plutôt bas de gamme qui se veut parfait pour les sim-raceurs débutants ou amateurs du dimanche, le Playseat Challenge. Avant d’aller plus loin, vous n’êtes pas sans savoir que Playseat est un acteur majeur de l’industrie du sim-racing, et peut être considéré comme le meilleur fabricant de châssis au monde, tout comme l’est Fanatec pour tout ce qui est périphériques.

Cependant, pour dominer un tel marché, vous devez proposer plusieurs gammes de produits, et c’est pour cette raison que le Playseat Challenge existe. Ce cockpit est un produit d’entrée de gamme, très basique mais qui reste tout de même pratique et efficace dans ce qu’il fait. La structure est tubulaire, très inspirée des chaises pliantes. D’ailleurs, c’est l’argument de vente du Playseat Challenge vu qu’il est très facile de le déplier et de le plier pour le ranger.

Le Playseat Challenge est un cockpit plutôt léger avec ses 8.5 kg, mais n’en reste pas moins solide et peut supporter jusqu’à 122 kg. En ce qui me concerne, c’est pas mal du tout. Pour ce qui est du dossier, ou du siège si vous voulez, vous avez un tissu tout comme sur une chaise pliante. Le tissu est de l’Alcantara de très bonne facture, sans qu’il n’y ait de renfort en mousse. Déjà, vous pouvez remarquer que le Playseat Challenge n’est pas conçu pour les longues sessions de sim-racing, car vous sentirez très certainement de l’inconfort si vous l’utilisez assez longtemps.

Passons maintenant au vif du sujet : la compatibilité avec les périphériques sim-racing. Alors, le Playseat Challenge prend en charge pratiquement tous les produits de Fanatec, Thrustmaster et Logitech, ce qui vous laisse avec un large éventail de périphériques. Cependant, vous devez garder à l’esprit que certains pédaliers (les très basiques) ne prévoient pas de fixation sur un cockpit et vous risquerez de tomber sur un os dans ces cas précis.

Pour ce qui est de la stabilité en jeu, ma foi, c’est pas mal, tant que vous n’en demandez pas trop au châssis. Il ne faut pas oublier que le Playseat Challenge est un cockpit d’entrée de gamme, qui fonctionnera à merveille avec les configs ayant des bases à entraînement par courroie ou engrenage. N’allez pas mettre un CSL DD de 8 Nm sur ce cockpit, car vous allez introduire beaucoup d’instabilité.

Même si le Playseat Challenge possède quelques défauts, notamment l’instabilité, son prix vient vite effacer tout cela. Ce cockpit se trouve entre 210 et 230 € en fonction du marchand, ce qui est franchement pas cher du tout. Si vous le couplez à un Logitech G920/G29, vous aurez un excellent setup pour moins de 500 €. Si cet échantillon d’avis vous a mis l’eau à la bouche, vous pouvez lire mon avis complet sur le Playseat Challenge juste ici.

Le Fanatec CSL Cockpit

Avis sur Le CSL Cockpit de Fanatec pour le Sim Racing

Avantages :

  • Design tubulaire robuste
  • Compatible avec tous les produits de Fanatec
  • Prix compétitif

Inconvénients :

  • Siège et autres supports vendus séparément
  • Siège sans glissière, nécessitant des clés pour l’ajustement

C’est la période des nouveautés chez Fanatec, pour le grand bonheur des sim-raceurs bien sûr. Après avoir lancé en grande pompe les nouveaux Quick Release QR2 Base et Wheel side, dont le design a bien évolué par rapport au précédent, les nouvelles bases Direct Drive milieu de gamme développant 12 et 15 nm de couple constant, Fanatec s’est mis comme objectif de proposer un écosystème complet pour le sim-racing.

Les connaisseurs de la discipline savent que Fanatec vend des périphériques sim-racing pour tous les coureurs du monde. Son catalogue comprend des bases, des volants, des pédaliers, ainsi que d’autres accessoires sim-racing, à l’exception de cockpits et de châssis. Mais la marque allemande a une idée derrière la tête, enfin selon moi : dominer le monde du sim-racing, comme l’a fait Apple avec son écosystème. Je pense que le but est simple : attirer un coureur dans le jardin de la marque, qui possède déjà pratiquement tout ce dont vous avez besoin pour faire des courses, et bâtir des murs pour l’y garder. Il manquait seulement une gamme de châssis pour réaliser cela, et Fanatec vient de sortir le nouveau CSL Cockpit.

Il s’agit d’un châssis tubulaire alliant aluminium et acier pour ses pièces. On retrouve une glissière pour siège ajustable, de même que des supports pour base, pédalier et levier de vitesse eux aussi ajustables. La structure est très solide, car Fanatec propose également un support pour moniteur (max 34’’ standard et 49’’ ultrawide).

Ce nouveau cockpit est disponible à l’achat pour 400 € sur le site de Fanatec, mais en version « barebone », à savoir nue. Les accessoires (sièges et supports) sont vendus séparément sur la boutique en ligne de la marque.

Le NEXT LEVEL RACING F-GT

Test et Avis du cockpit Next Level Racing F-GT

Avantages :

  • Cockpit avec 2 positions de conduite possible (F1 et GT)
  • Structure solide et haut de gamme
  • Très bon rapport qualité-prix

Inconvénients :

  • Difficile à monter la première fois

Next Level Racing est une marque très connue du monde sim-racing pour ses cockpits qui sont à la fois de très bonne qualité et vendus à des prix avantageux. Dans cette liste, je vous ai choisi le F-GT, qui est un excellent châssis milieu de gamme, pouvant se configurer pour deux disciplines phares, à savoir la F1 et la GT.

Alors, le F-GT est un châssis entièrement en acier avec une structure très robuste. Normal, vu que la marque Next Level Racing a de nombreuses années de service en sim-racing. Le design est plutôt sobre, avec la couleur noire dominant presque tout le châssis. Vous avez seulement des logos ici et là qui ont des accents rouges. Moi, il me plaît, et si vous cherchez un cockpit passe-partout et très beau, le F-GT vous plaira aussi.

Comme je viens de le dire, la construction de ce châssis est entièrement en acier, ce qui lui confère à la fois stabilité élevée et poids. Le F-GT n’est pas léger avec ses 45 kg, ce qui pourrait être problématique lors du transport. Next Level Racing a pensé à tout en mettant dans la boîte du F-GT des roulettes qui facilitent les déplacements. Sauf que celles-ci introduisent un peu d’instabilité, et je vous conseille de le monter dans un endroit et d’utiliser les pads pour que le F-GT ne bouge plus. En parlant de montage, vous devez savoir que cette opération est plutôt ardue et nécessitera un certain temps pour être réalisée. Mais au moins, le manuel est très bien détaillé.

Pour ce qui est de la compatibilité avec les périphériques sim-racing, sachez que F-GT prend en charge presque tous ceux disponibles sur le marché, que ce soit les pédaliers, les bases et même les leviers de vitesses. En ce qui me concerne, c’est un gros plus pour le F-GT.

Parlons un peu du confort. Alors, ce cockpit de Next Level Racing possède un siège très confortable, pouvant être réglé comme bon vous semble. Vous avez une glissière en bas pour l’avancer ou le reculer, un petit coussin pour le soutien lombaire, et deux positions de conduite. En effet, le F-GT, comme son nom l’indique, vous permet de faire des courses de F1 et de GT, ce qui le rend très versatile. Le passage d’une position à une autre est très facile, vous laissant plus de temps à faire du sim-racing qu’à manipuler le cockpit.

Abordons maintenant la facture. Un châssis comme le F-GT n’est pas donné, et vous devez très certainement vous en douter. Actuellement sur Amazon, le F-GT s’échange contre la coquette somme de 549 €, ce qui n’est pas outrageusement cher si vous voulez mon avis. Je connais des cockpits beaucoup plus chers qui n’offrent même pas la moitié des fonctionnalités du F-GT. Actuellement sur le marché, il est difficile de faire mieux à mon sens, surtout sur cette tranche de prix. Vous pouvez trouver des châssis moins chers, mais uniquement typés sur une discipline bien précise (F1 ou GT). Du coup, pour moi, c’est un excellent investissement pour les amateurs de sim-racing. Et si vous n’êtes pas convaincu ou presque, vous pouvez lire mon avis complet sur le cockpit F-GT de Next Level Racing juste ici.

Le Next Level Racing GTTrack

Test et Avis du cockpit Next Level Racing Gttrack

Avantages :

  • Structure solide et durable
  • Support pour un levier de vitesses et un frein à main
  • Excellente qualité de fabrication

Inconvénients :

  • Siège pas très confortable au bout d’un moment
  • Poids assez élevé

Je remets le couvert avec Next Level Racing, mais cette fois-ci avec un châssis de bien meilleure qualité, le GTTrack. Il est vrai que j’apprécie les produits de Next Level Racing, mais mon avis n’est en aucun cas biaisé par cela.

Alors, le GTTrack. Je commence par son design. Le GTTrack ressemble un peu au F-GT que je viens de vous présenter, mais en plus beau en ce qui me concerne. Je sais, le design d’un produit quelconque reste un élément subjectif, mais le GTTrack est tout de même beau.

Là où la différence commence entre le GTTrack et le F-GT, c’est les matériaux. Le GTTrack utilise de l’acier et du carbone, avec des découpes au laser, ce qui lui confère une plus grande solidité par rapport à son petit frère. Tout le châssis est perforé, ce qui vous permet d’adapter les emplacements des différents éléments selon votre guise, et c’est un gros point fort pour ce cockpit.

En continuant sur le point des différences, le GTTrack possède un support qui peut accommoder à la fois un levier de vitesses et un frein, à condition d’avoir des périphériques adaptés. Certes, ça limite un peu le choix, mais c’est toujours un plus à prendre par rapport à la concurrence. Et contrairement au F-GT, le GTTrack n’est pas un cockpit hybride avec 2 positions de conduite différentes. En effet, ce châssis vise principalement les sim-raceurs friands de courses GT, et il est parfait pour cela.

Concernant la compatibilité avec les périphériques sim-racing, le GTTrack prend en charge tous les produits des marques comme Logitech, Thrustmaster, Fanatec et j’en passe. De plus, ce cockpit fonctionnera à merveille avec n’importe quelle plateforme, que ce soit PC ou console.

Abordons maintenant le siège du GTTrack. Pour commencer, il est très beau, avec une reprise directe d’un siège de course baquet. Voulant pousser l’immersion et le réalisme au maximum, Next Level Racing a mis un harnais sur le siège qui se fixe directement sur la structure du cockpit. C’est juste magnifique, surtout avec les ceintures rouges. Pour ce qui est du confort, le siège se règle sur plusieurs plans, ce qui devrait accommoder pratiquement tous les sim-raceurs. Cependant, je dois avouer que ce dernier n’est pas très confortable, surtout lorsque vous utilisez le GTTrack pendant de nombreuses heures. Au début, vous n’allez rien ressentir, mais passer un certain temps, vous aurez mal à plusieurs endroits. En quelques sortes, le GTTrack est comme le siège d’une Super Car : très beau, confortable, mais uniquement sur de courtes distances.

Je passe rapidement sur le poids du bestiau. Avec ses 48 kg sur la balance, le GTTrack est plutôt lourd. Mais bon, vous avez des roulettes qui se fixent en bas du châssis pour faciliter les déplacements. C’est pratique, mais ça introduit une légère instabilité. Si vous voulez un conseil, le GTTrack est un cockpit qui se met à un endroit pour qu’il y reste pour de bon.

Je termine avec le prix. Un cockpit haut de gamme comme le GTTrack se paie, et assez cher. Il est vendu à 899 €, que ce soit sur le site du fabricant ou bien chez les marchands en ligne. C’est onéreux, certes, mais c’est aussi un produit d’excellente qualité, robuste et très bien fini. Si vous êtes fans de courses GT ou bien que vous ayez les moyens de vous offrir le GTTrack, je vous conseille vivement ce cockpit.

Playseat F1

Test et Avis du cockpit Playseat Formula Pro version Red Bull

Avantages :

  • Cockpit spécialement conçu pour la F1
  • Excellente qualité de fabrication
  • Matériaux prémiums
  • Immersion totale

Inconvénients :

  • Prix prémium
  • Utilisable exclusivement pour la F1

Ce n’est pas rien si Playseat domine plus ou moins le marché des cockpits en sim-racing, surtout lorsque vous voyez l’un de ses châssis haut de gamme, le F1. Je sais, c’est la deuxième entrée de cette marque dans cette liste, mais n’empêche que ce cockpit est parmi les meilleurs actuellement disponibles sur le marché.

Commençons par son design. Comme son nom l’indique, le Playseat F1 est un châssis qui vise exclusivement les sim-raceurs recherchant à faire des courses de F1. Son design est unique, grandement inspiré par la position de conduite des monoplaces. La structure du châssis est faite de 3 pièces, plus le siège, qui sont boulonnées entre elles. De base, vous avez la couleur rouge pour tout le cockpit, sauf le cuir du siège qui est en noir. Cependant, vous avez des éditions limitées avec d’autres couleurs, comme le noir en entier par exemple.

Niveau compatibilité, le Playseat F1 prend en charge tous les périphériques sim-racing, surtout les hauts de gamme comme les bases Fanatec Direct Drive. A vrai dire, ce cockpit a été développé avec ça en tête, et sa structure lui fournit une stabilité inouïe. C’est simple : rien ne bouge lorsque vous faites des sessions de sim-racing.

La position de conduite est pratiquement à même le sol, avec vos jambes qui se retrouvent plus élevées que votre bassin, tout comme c’est le cas dans une F1. Le support de la base/volant se trouve entre vos jambes, ce qui peut gêner certains sim-raceurs. Personnellement, je m’y suis habitué après quelques sessions de sim-racing, et ce support est réglable au passage, tout comme l’est celui du pédalier.

Niveau robustesse, vous pouvez conduire en mode bourrin avec les plus puissantes bases DD et le Playseat F1 ne branchera pas d’un poil. C’est ultra solide, et ultra stable, quelle que soit votre utilisation. Vu que toute la structure est en métal, vous allez pouvoir ressentir les vibrations du pédalier et de la base sur tout votre corps, ce qui est franchement superbe.

Enfin, le prix. Le Playseat F1 est un châssis prémium typé F1, et son prix l’est aussi. Affiché à 999 € pour la version rouge, c’est un produit cher qui trouvera preneur chez des fans de la discipline phare du sport automobile. Encore une fois, si ce résumé vous a mis l’eau à la bouche, vous pouvez lire mon avis complet sur le Playseat F1 juste ici.

Lequel choisir ?

  • Budget. Il est important de définir un budget à ne pas dépasser pour un cockpit, qui soit aussi en corrélation avec votre setup. Vous n’allez pas acheter un cockpit de 1000 € si vous avez des périphériques d’entrée de gamme.
  • La discipline. Nous avons vu des cockpits généralistes et spécialisés. Du coup, si vous voulez faire exclusivement de la F1, vous devez vous tourner vers un cockpit spécialement pour ça.
  • Stabilité. Certains châssis ne sont pas faits pour être utilisés avec des bases en DD. Du coup, si vous avez une telle base, vous devez chercher un cockpit prenant en charge cela, surtout pour assurer sa stabilité.
  • Compatibilité. Tous les cockpits ne sont pas compatibles avec tous les périphériques sim-racing disponibles sur le marché, et vous devez donc chercher un produit qui l’est avec votre config.